Points Clés à Retenir

Point CléInformation Associée
Investissements dans les obligations vertesBAM porte sa part des obligations durables à 10%
Stratégie de durabilitéIntégration de la durabilité dans la directive d’investissement de BAM
Objectifs de financement78 milliards de dollars d’investissement sont nécessaires pour le Maroc entre 2022 et 2050
Impact sur les politiques monétairesLe changement climatique influence la croissance, l’emploi et l’inflation

Bank Al Maghrib s’oriente vers un portefeuille d’investissement plus durable

La Banque centrale du Maroc, Bank Al Maghrib (BAM), s’engage dans une démarche de transition écologique en confirmant sa volonté d’accroître sa part d’actifs en obligations vertes, sociales et durables. Ces dernières, représentant actuellement 7% des réserves de change du Royaume, devraient atteindre 10% à terme selon les récentes déclarations d’Abdellatif Jouahri, le Wali de BAM, dans la capitale Rabat.

Conformément à sa politique d’investissement, BAM intègre désormais des critères de durabilité en privilégiant les placements responsables. Cette précision a été apportée par M. Jouahri durant une conférence traitant de « l’impact macro-économique du changement climatique« , événement co-organisé par la Banque centrale marocaine et son homologue espagnole.

Historique et ambitions futures

La Banque n’en est pas à sa première initiative en faveur de l’environnement. En effet, elle avait marqué l’année 2016, à l’occasion de la COP22 à Marrakech, en investissant 100 millions de dollars dans les obligations vertes de la Banque mondiale. Plus récemment, en 2023, elle a réitéré l’opération avec un placement de 200 millions de dollars similaire.

Face à la nécessité de combattre le changement climatique et de financer les efforts d’atténuation des effets délétères, M. Jouahri souligne l’importance des financements conséquents dans un contexte économique marqué par des taux d’endettement public et privé élevés, ainsi qu’une réduction des marges budgétaires.

Le financement climatique : un impératif pour le Maroc

M. Jouahri attire l’attention sur les besoins en investissements estimés par la Banque mondiale à environ 78 milliards de dollars pour le Maroc, s’étendant de 2022 à 2050. Un montant qui démontre la nécessité pour les autorités monétaires de prendre en compte l’impact du changement climatique dans l’exercice de leurs missions.

Le changement climatique, facteur déterminant pour l’économie, impacte directement des variables cruciales telles que la croissance, l’emploi et l’inflation. Ces éléments, essentiels dans la prise de décision en matière de politique monétaire, subissent les conséquences des risques climatiques. Ces derniers ont d’ailleurs un impact significatif sur le secteur bancaire et assurantiel, menaçant la stabilité financière dans son ensemble.

Acteurs présents à la conférence

La conférence a vu la participation de plusieurs personnalités marocaines, notamment Nizar Baraka, ministre de l’Equipement et de l’Eau, Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, et Ahmed Reda Chami, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Des représentants du secteur bancaire et financier du Maroc étaient également présents.

Quant à la participation internationale, l’événement a accueilli Pablo Hernandez De Cos, gouverneur de la Banque d’Espagne, et Ricardo Díez-Hochleitner, ambassadeur d’Espagne au Maroc.

FAQ – Questions Fréquemment Posées

Quel est le nouvel objectif de Bank Al Maghrib en termes d’investissements durables ?

BAM vise à atteindre une part de 10% d’obligations vertes, sociales et durables dans ses réserves de change.

Quel a été le premier investissement notable de BAM dans les obligations vertes ?

Le premier investissement marquant a été réalisé en 2016 avec 100 millions de dollars alloués aux obligations vertes de la Banque mondiale pendant la COP22.

Combien est estimé le besoin en investissements pour le Maroc entre 2022 et 2050 ?

Les besoins d’investissement pour le Maroc sont estimés à 78 milliards de dollars pour la période allant de 2022 à 2050.



Lire aussi :