Key Takeaways
La Bank Al Maghrib (BAM) ambitionne de porter à 10% la part des investissements durables dans ses réserves de change.
La durabilité devient un principe intégré dans les directives d’investissement de la BAM.
La Banque a commencé ses investissements verts dès 2016 avec un placement de 100 millions de dollars dans des obligations de la Banque mondiale.
Les enjeux climatiques nécessitent d’importants financements, notamment un besoin estimé à 78 milliards de dollars pour le Maroc entre 2022 et 2050.

Engagement de la BAM en faveur de l’investissement durable

Accroissement des placements verts et sociaux

La Banque Centrale du Maroc, connue sous l’acronyme BAM, a pris l’initiative de renforcer sa contribution dans le domaine des obligations vertes, sociales et durables. À l’heure actuelle, 7% des réserves de change de la BAM sont alloués à ces placements responsables. L’objectif annoncé vise à faire grimper cette proportion à 10%. Ce développement a été révélé par le Wali de la BAM, Abdellatif Jouahri, lors d’une intervention à Rabat.

Dans la pratique de gestion de ses réserves, la BAM intègre un engagement durable. Pour concrétiser cet engagement, elle privilégie les investissements durables et responsables dans ses stratégies d’allocation. Ces précisions ont été apportées par M. Jouahri lors d’une conférence consacrée à l’impact macro-économique du changement climatique. Cet événement était co-organisé avec la Banque Centrale d’Espagne.

Historique et évolution des investissements verts de la BAM

La BAM a franchi un pas significatif en direction de la finance verte dès la COP22, en investissant 100 millions de dollars dans des obligations vertes de la Banque mondiale. La Banque Centrale a continué sur sa lancée avec un nouvel investissement de 200 millions de dollars réalisé en 2023, confirmant sa trajectoire en matière d’investissement durable.

Le financement du climat: un enjeu colossal pour le Maroc

Abdellatif Jouahri attire l’attention sur le besoin crucial de financements importants pour lutter contre le changement climatique. La haute dette publique et privée et les contraintes budgétaires mondiales représentent un défi majeur. Il révèle que selon la Banque mondiale, le Maroc nécessitera un financement d’environ 78 milliards de dollars d’ici à 2050 pour répondre aux défis du changement climatique.

Le Gouverneur de la BAM met également en lumière les implications du changement climatique qui touchent les secteurs clefs de la croissance, de l’emploi et de l’inflation, et, par voie de conséquence, la politique monétaire. Il souligne que les risques climatiques influencent par ailleurs la stabilité financière en impactant l’activité bancaire et assurantielle.

Experts et décideurs réunis autour des enjeux climatiques

La conférence a vu la participation de personnalités influentes, telles que le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka, la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali et le président du Conseil économique, social et environnemental, Ahmed Reda Chami. Des acteurs du secteur bancaire et financier marocain étaient également présents.

La rencontre a bénéficié de la présence de figures internationales, notamment le gouverneur de la Banque d’Espagne, Pablo Hernandez De Cos, ainsi que l’ambassadeur d’Espagne au Maroc, Ricardo Díez-Hochleitner.

FAQ sur l’engagement de la BAM envers le développement durable

Quel est l’objectif de la BAM concernant les investissements durables ?

  • Augmenter la part de ces investissements à 10% des réserves de change.

Quand la BAM a-t-elle commencé ses investissements verts ?

  • L’initiative a commencé en 2016 avec un placement dans des obligations vertes de la Banque mondiale.

Quels sont les besoins financiers du Maroc pour faire face au changement climatique ?

  • Le Maroc a besoin d’environ 78 milliards de dollars de financements entre 2022 et 2050.

Les conférences sur le climat rassemblent-elles des intervenants internationaux ?

  • Oui, des experts et des décideurs internationaux participent à ces événements.



Lire aussi :