Points Clés

Événements ClésDétails
Présélection de sociétés de gestion17 sociétés de gestion de fonds sectoriels et thématiques présélectionnées par le FM6I
Objectif de l’initiativeCatalyser l’investissement, accélérer la croissance et favoriser la création d’emplois
Dimensions financièresProjection d’une taille cumulée pour ces fonds d’au moins 20 milliards de dirhams
Sociétés présélectionnéesDiversifiées avec des profils nationaux, internationaux et consortia mixtes
Future initiativeLancement de fonds spécialisés pour les start-up prévu dans le 1er trimestre 2024

Le Fonds Mohammed VI initie la première vague de sélection de gestionnaires de fonds

Le Fonds Mohammed VI pour l’investissement (FM6I) a franchi une étape significative dans la mise en œuvre de sa stratégie d’intervention, en dévoilant une liste de 17 sociétés de gestion de fonds sectoriels et thématiques, séléctionnées lors du dernier conseil d’administration et du comité de stratégie et d’investissement.

Cette initiative s’aligne sur le plan d’action du FM6I visant à stimuler l’investissement, accélérer les dynamiques de croissance et encourager la création de postes d’emploi, comme le détaille un récent communiqué de l’organisation.

Alignement avec les directives Royales

Conformément aux directives émises par le Roi dans son discours du 9 octobre 2020, le Fonds a mis l’accent sur la création de fonds sectoriels et thématiques adaptés aux priorités et aux besoins spécifiques de chaque secteur. Cet axes stratégique est destiné à promouvoir l’industrie marocaine du capital-investissement, en l’alignant sur les standards internationaux de qualité.

Les fonds présélectionnés visent une estimation minimale de participation cumulée de 20 milliards de dirhams. Le FM6I envisage une contribution jusqu’à 33% pour chaque fonds, dans le cadre d’une allocation globale s’élevant à 6 milliards de dirhams. Les fonds restants devront être collectés par les sociétés de gestion auprès d’investisseurs tiers pour atteindre ces chiffres ambitieux.

Un éventail de gestionnaires présélectionnés

Composition de la sélection :

  • 3 sociétés de gestion dans l’industrie
  • 2 dans le tourisme
  • 1 dans l’agriculture
  • 1 dans le transport et la logistique
  • 10 généralistes

Ces entreprises sélectionnées présentent une riche diversité, allant de 9 sociétés nationales, 7 internationales à 1 consortium mixte, couvrant l’ensemble des domaines prioritaires en adéquation avec la politique d’investissement du FM6I et sa répartition stratégique des risques.

Un processus de sélection méticuleux

Sur les 46 propositions reçues, un processus de sélection précis a été mis en œuvre aboutissant à l’audit, réalisé grâce au soutien d’experts de renommée, des dossiers conformes aux critères prédéfinis.

Des fonds spécialisés en soutien aux start-up

D’ici le premier trimestre de l’année 2024, le FM6I prévoit de lancer des fonds dédiés aux start-up, en proposant un modèle financier innovant et plus adapté à leurs besoins de développement, faisant écho à l’idée d’un partenariat rapproché avec les banques.

En particulier, une offre de dette subordonnée permettre aux entreprises d’appuyer leur croissance sur un financement attrayant qui respecte leur structure de capital, en allégeant les contraintes traditionnellement posées par les apports en capital initial.

FAQ

Quel est l’objectif de la sélection des sociétés de gestion par le FM6I ?

Stimuler l’investissement, accélérer la croissance économique et favoriser la création d’emplois.

Quels sont les critères de contribution du FM6I aux fonds sectoriels et thématiques ?

Le FM6I contribue jusqu’à 33% du capital de chaque fonds, dans une enveloppe totale de 6 milliards de dirhams.

Quelles sont les prochaines étapes après la présélection des sociétés de gestion ?

Le FM6I lancera des fonds spécialisés pour les start-up au 1er trimestre 2024, incluant des offres de financement non dilutives pour leur capital.

Qu’est-ce que la dette subordonnée ?

C’est un type de financement offrant des conditions avantageuses pour les entreprises, et qui allège les nécessités d’apport en capital exigées par les banques.



Lire aussi :