Clés de Compréhension

Élément cléDescription
Retard dans le secteur numériqueLe Maroc doit rattraper le développement d’autres pays dans ce domaine.
Potentiel de réussiteMalgré le retard, le secteur promet un avenir de croissance inévitable.
Problèmes réglementairesLe Code des marchés publics n’est pas adapté aux start-ups numériques.
InternalisationL’état maintient les activités numériques en interne, avec des digital factories.

Le secteur numérique au Maroc : entre retard et potentiel de croissance

Diagnostic de la situation numérique

Hassan Belkhayat, à la tête de la Commission écosystème au sein de la CGEM, met en lumière le décalage du Maroc dans le domaine du numérique tout en soulignant le potentiel prometteur du secteur. Les perspectives de développement dans ce domaine sont considérées comme incontestables et nécessaires.

Les entraves à l’émergence des startups numériques

Le Code des marchés publics actuel est identifié comme un frein majeur, puisque non optimisé pour le soutien des startups innovantes. En outre, la tendance de l’État à internaliser les services numériques, avec la création de « digital factories » au sein des ministères, pourrait constituer un obstacle pour l’écosystème numérique marocain.

FAQ

Quel est le principal frein au développement des startups numériques marocaines?
Le Code des marchés publics non adapté aux réalités des startups est un frein majeur.
L’État marocain favorise-t-il actuellement l’écosystème numérique?
La tendance à l’internalisation avec des « digital factories » suggère un manque de soutien pour l’écosystème extérieur.
Le retard du Maroc dans le secteur numérique est-il synonyme d’échec?
Non, ce retard révèle un potentiel de croissance important et une obligation de réussite en raison de la nécessité inéluctable de son développement.



Lire aussi :